Sidewalk Labs teste les possibilités de construction en bois d’un prototype de 35 étages

Proto-Model X serait le plus haut bâtiment en bois massif du monde

Accueil / Actualité Bois / Sidewalk Labs teste les possibilités de construction en bois d’un prototype de 35 étages

[MAJ 11.05.2020] Sidewalk Labs renonce à son projet en raison de l’impact du coronavirus et « une incertitude économique sans précédent ». [1]

Sidewalk Labs, la branche architecture et urbanisme de la société mère de Google, Alphabet, a dévoilé une maquette numérique de ce qui serait le plus haut bâtiment en bois massif du monde, atteignant 35 étages.

Sidewalk Labs prévoit de construire des tours en bois massif dans le cadre de son réaménagement du front de mer de Toronto, mais les plus hauts bâtiments de ce type ont actuellement 18 étages, et la société veut aller plus haut.

Pour explorer les moyens d’y parvenir, l’entreprise a passé un an à travailler sur une “preuve de concept numérique” ou “proto-modèle” pour une tour en bois de 35 étages, qui serait la plus haute du monde.

Elle a consulté un certain nombre de sociétés sur le projet, dont les cabinets d’architecture Gensler et Michael Green Architecture, qui ont produit les visuels.

Le projet donne un aperçu des performances hypothétiques du bâtiment et explore la manière dont il pourrait être construit le plus efficacement possible en pièces détachées dans une usine.

Sidewalk Labs appelle la démonstration de faisabilité que l’équipe a développée Proto-Model X (ou PMX en abrégé). Outre ses qualités durables, le bois suscite l’intérêt car il ouvre la porte à une nouvelle ère de construction abordable, efficace et peu polluante, avec des pièces coupées en usine et assemblées sur place.

Sidewalk Labs a rendu le modèle 3D de construction en bois massif dans le logiciel de construction Revit d’Autodesk. Le processus a comporté huit étapes de conception distinctes, en commençant par l’exploration des options de masse, puis la planification d’un système mécanique, électrique et de plomberie (MEP) sans combustible fossile et la création d’une variété de revêtements.

L’évaluation des options structurelles a constitué un processus clé. Le bois étant plus léger que les autres matériaux de construction structurels – le PMX est environ 2,5 fois plus léger que son équivalent en béton – il est sensible aux forces latérales, comme le vent.

L’équipe a exclu l’utilisation d’un noyau de bois structurel, qui aurait dû être si épais qu’il aurait utilisé un espace précieux au sol et aurait été presque impossible à fabriquer.

Au lieu de cela, l’équipe s’est inspirée de tactiques d’ingénierie plus typiques de la conception de bâtiments très hauts, en utilisant un cadre à croisillons comme exosquelette et un amortisseur de masse réglé pour contrer les forces latérales.

L’amortisseur de masse est un morceau d’acier de 70 tonnes relié par des ressorts au sommet du bâtiment qui fournit une force compensatrice au balancement du vent ou des tremblements de terre. Il permet d’éviter l’option moins écologique qui consiste à couler du béton dans le noyau du bâtiment.

Tous les bâtiments en bois massif de Sidewalk Labs seraient produits à partir d’un “kit de pièces” qui serait modulaire et emboîtable.

Cela comprend des éléments tels que des balcons, des murs, des modules de salle de bain et de cuisine, y compris la plomberie. Mais son unité de base est le “floor cassette” – un panneau avec des couches acoustiques et isolantes qui serait fabriqué en 25 minutes sur la chaîne de montage.

Les équipements mécaniques, électriques et de plomberie sont placés dans la cassette au sol dans l’usine. Les cassettes sont ensuite apportées sur place pour être insérées dans le bâtiment. (Image : Integral)

Enfin, l’équipe s’est penchée sur le bardage, en concevant un certain nombre de “peaux” pour l’enveloppe du bâtiment afin d’éviter de créer un paysage à l’emporte-pièce de façades identiques. Parmi les options possibles, on trouve un motif en losange, des volets colorés et un effet de facettes.

Sidewalk Labs a remporté l’appel d’offres pour le développement du front de mer de Toronto, sur les rives du lac Ontario, en 2017, et y travaille depuis lors.

Ses propositions pour une ville intelligente de haute technologie ont toutefois suscité quelques critiques, les inquiétudes concernant la surveillance et la collecte de données entraînant de nouvelles restrictions sur le projet depuis fin 2019.

Medium

Read writing about Pmx Series in Sidewalk Talk. Where technologists and urbanists discuss the future of cities.

Dezeen

Sidewalk Labs, the architecture and urbanism arm of Google parent company Alphabet, has unveiled a digital model for what would be the world's tallest mass-timber building, reaching 35 storeys.

 

Smart Cities World

Google affiliate blames coronavirus and economic uncertainty for closing controversial and delayed smart city project

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 0 / 5. Votes : 0

Soyez le premier à noter cet article !

0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x