LE BOIS POUR L’AVENIR

Déclaration finale des Rencontres WoodRise

Accueil / Post Événement / LE BOIS POUR L’AVENIR
Le vendredi 1er février 2019, les journées professionnelles thématiques ont été conclues par une table ronde réunissant des conseillers d’Etat du Jura (M. David Eray), de Neuchâtel (M. Laurent Favre), de Fribourg (M. Didier Castella) et de Genève (M. Serge Dal Busco), un représentant du canton de Vaud (M. Cornelis Neef), un député au Grand Conseil valaisan (M. Olivier Turin), le vice-président du Conseil départemental de la Haute-Savoie (M. Christian Heison) et le Préfet de Haute-Savoie (M. Pierre Lambert).

Ces élus et hauts-fonctionnaires ont tous signé une déclaration politique intitulée « Le bois pour l’avenir » (lire ci-dessous). Le texte avait déjà été paraphé par Madame Jacqueline de Quattro, conseillère d’Etat du canton de Vaud et Monsieur Antonio Hodgers, Président du Conseil d’Etat genevois,lors de l’inauguration.

Nouvelle dynamique

Cette signature confirme une dynamique intercantonale et transfrontalière qui se traduira prochainement par de nouvelles impulsions en faveur d’une généralisation des bonnes pratiques en matière de gestion des forêts, pour permettre une exploitation durable mais accrue du bois fourni par l’accroissement annuel naturel des forêts. Ceci se traduira par un appel à augmenter l’emploi du bois dans la construction (tant dans l’architecture traditionnelle que dans ses déclinaisons urbaines, la grande hauteur, et dans le génie civil), du bois comme énergie (sous forme de plaquettes, de pellets ou de déchets de bois brûlés dans des chaudières ad hoc limitant l’émission de polluants) et dans l’industrie (où la chimie verte peut le substituer à d’autres produits pétrosourcés).
 

LE BOIS POUR L’AVENIR

 

L’avenir passe immanquablement par la protection du climat, de l’environnement, la santé de l’économie et le bien-être des personnes.

La forêt, puits de carbone, joue un rôle déterminant sur les plans environnemental et climatique, mais également économique et social.

Les différentes fonctions de la forêt doivent toujours être prises en compte dans le calcul de sa valeur et des investissements nécessaires pour en préserver le bon fonctionnement. Elle constitue un capital renouvelable de matières premières et d’énergie.

Les espaces végétalisés et arborisés développés en ville améliorent la qualité de vie.

Développer l’usage du bois de proximité pour la construction et la transformation de bâtiments, notamment urbains, les aménagements intérieurs, les ouvrages de génie civil, l’industrie, la chimie etl’énergie s’inscrit dans une dynamique vertueuse. La formation et la recherche pérenniseront les actuelles utilisations du bois, ouvriront de nouvelles perspectives d’application et créeront de nouveaux emplois.

Nous, soussignés, déclarons soutenir, à l’occasion des Rencontres WoodRise 2019 de Genève, toutes les actions économiquement, environnementalement, socialement et éthiquement acceptables susceptibles de contribuer à la mise en œuvre de ce formidable potentiel que revêt le bois pour bâtir un avenir durable.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 4.5 / 5. Votes : 2