L’ascension fulgurante de la construction en bois lamellé croisé

Le CLT en Suisse et dans le monde.

Accueil / Actualité Bois / L’ascension fulgurante de la construction en bois lamellé croisé

Le bois est un matériau naturel, renouvelable, facile à fabriquer et à faible émission de carbone. En tant que matériau de construction, cependant, lorsqu’il est soumis à une force directionnelle suffisante le long de son fil, le bois scié est structurellement instable, donc jugé inadapté sous des charges plus élevées. En comparaison, la fabrication de bois lamellé-croisé (CLT) consiste simplement à coller plusieurs couches de bois ensemble à angle droit. En croisant la direction des grains, le CLT atteint un niveau beaucoup plus élevé de rigidité structurelle le long des deux axes. Les panneaux CLT commencent avec un minimum de trois couches, mais peuvent être renforcés davantage en en ajoutant d’autres. En termes simples, en raison de la physique complexe impliquée dans la stratification perpendiculaire, la résistance du panneau CLT est similaire à celle du béton armé, et a fait ses preuves sous les forces sismiques.

Il y a 20 à 50 ans, la crise environnementale était liée à la déforestation, et non à l’empreinte carbone, ce qui signifiait que le bois et les produits du bois sous toutes leurs formes étaient diabolisés, les militants affirmant que le bois appartenait au sol, où il pouvait continuer à faire du bien, plutôt que de le couper et de l’utiliser pour construire des bâtiments. Les matériaux préférés, cependant, étaient l’acier et le béton. Au début du 21e siècle, alors qu’une industrie du bois axée sur le reboisement plus durable et responsable se développait, le CLT a commencé à devenir le matériau du jour pour les projets de construction durables.

En Suisse, après la levée des restrictions légales en 2015, l’inauguration en 2018 d’un bâtiment de bureaux à Risch-Rotkreuz (ZG) a marqué un tournant. Ce bâtiment de 36 mètres de hauteur réalisé par Burkhard Meyer Architekten et Zug Estates SA est considéré comme la première tour en bois de notre pays. Un pas décisif pour la Confédération qui, depuis, a vu le lancement de plusieurs autres bâtiments de grande envergure. Devenue championne en la matière, elle abritera par exemple, en 2026, l’immeuble en bois le plus haut du monde, se dotant ainsi d’une véritable attraction pour la ville de Winterthour près de Zurich.

En parallèle, d’autres pays se sont sont lancés dans cette course à la hauteur comme l’Autriche (avec la tour HoHo de Vienne), la Norvège (avec la Mjøstårnet) et les Etats-Unis (Ascent). Ces pays peuvent déjà se targuer d’avoir inauguré des immeubles en bois de 85 mètres de hauteur.

 

Quelques projets ambitieux ici et dans le monde

La plus haute tour en bois de Suisse romande
Nom: Malley Phare
Lieu: Prilly
Début des travaux: 2022
Architecte: CCHE Lausanne SA

CCHE Lausanne SA

Avec 60 mètres de hauteur et 14 étages, Malley Phare sera la première tour en structure bois de Suisse romande. Ce gratte-ciel possédera une façade active en photovoltaïque. Le bâtiment abritera des appartements, des espaces de coworking et un rooftop bar ouvert au public.

La deuxième plus haute tour en bois de Suisse
Nom: Pi
Lieu: Zoug
Fin des travaux: 2024
Architecte: Duplex Architectes

Duplex Architekten

Cette tour résidentielle s’élèvera à 80 mètres. Une performance remarquable quand on sait que la plus haute tour en bois du monde déjà construite (la Mjøstårnet de Voll Arkitekter en Norvège) mesure 85,4 mètres. Si la plupart des immeubles en bois conservent un socle en béton, le projet Pi possède un squelette entièrement en bois. Le bâtiment transpose le célèbre principe du « tube dans le tube“ des constructions en acier et béton du Chicago des années 1950. On aura à l’extérieur, un cadre composé de colonnes verticales reliées à des poutres horizontales. Au centre du bâtiment, se trouvera un second cadre composé de la même manière. Les dalles entre les étages seront réalisées avec un mélange de placage de bois et de béton.

La plus haute tour en bois de Suisse et du monde déjà planifiée
Nom: Rocket&Tigerli, Lokstadt
Lieu: Winterthour (Suisse)
Travaux: 2022-2026
Architecte: Schmidt Hammer Lassen Architects, Cometti Truffer Hodel Architects, Implenia

Schmidt/Hammer/Lassen/Architects

Le projet Rocket&Tigerli se composera de quatre bâtiments dont un doté d’une tour de 100 mètres de haut (la tour Rocket). Dans la tour Rocket, se trouveront des appartements. La conception offrira des logements modernes et de haute qualité avec un apport maximal de lumière du jour. Ils seront intégrés à un quartier dynamique. La structure sera en bois et s’élèvera à 100 mètres de hauteur. Les façades seront recouvertes de terre cuite.

La tour en bois la plus originale
Nom: The Dutch Mountains
Lieu: Eindhoven (NL)
Dates de construction prévue: 2023-2026

Studio Marco Vermeulen

Cette tour résidentielle s’élèvera à 80 mètres. Une performance remarquable quand on sait que la plus haute tour en bois du monde déjà construite (la Mjøstårnet de Voll Arkitekter en Norvège) mesure 85,4 mètres. Si la plupart des immeubles en bois conservent un socle en béton, le projet Pi possède un squelette entièrement en bois. Le bâtiment transpose le célèbre principe du « tube dans le tube“ des constructions en acier et béton du Chicago des années 1950. On aura à l’extérieur, un cadre composé de colonnes verticales reliées à des poutres horizontales. Au centre du bâtiment, se trouvera un second cadre composé de la même manière. Les dalles entre les étages seront réalisées avec un mélange de placage de bois et de béton.

La tour en bois du futur
Nom: W350
Lieu: Tokyo
Fin des travaux: 2041
Architecte: Nikken Sekkei

Nikken Sekkei

Aujourd’hui, les plus hautes tours en bois déjà réalisées plafonnent autour de 85m de hauteur. Avec cette proposition, le Japon propose donc un projet beaucoup plus ambitieux de 350 mètres. Le gratte-ciel W350 est basé sur une structure poteaux-poutres de 70 étages, composée à 90% de bois et 10% d’éléments métalliques. L’entretien et le remplacement progressif des éléments en bois a été pris en compte. Il est prévu de les réutiliser en les réusinant pour construire des maisons en bois ou créer de nouveaux matériaux. En fin de chaîne, le bois sera brûlé pour fournir du chauffage ou sécher pour fournir des matériaux de construction.

ArchDaily

Explore the rise of cross-laminated timber (CLT) in construction and its benefits as a sustainable and circular building material.

https://espacescontemporains.ch/vers-des-gratte-ciel-en-bois-tous-spectaculaires/

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 0 / 5. Votes : 0

Soyez le premier à noter cet article !

0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x