Woodrise 2019 QC / 1er octobre 2019

Deuxième journée de Woodrise Québec 2019 : faites place aux bâtiments de moyenne et grande hauteur

Accueil / Actualité Bois / Woodrise 2019 QC / 1er octobre 2019

Lors de la deuxième journée de la conférence Woodrise 2019, la conférence d’introduction, ainsi que les séances plénières sur les projets de construction en bois massif et l’apport de la construction en bois à la bioéconomie et au marché du carbone ont fait salle comble. La vitrine technologique a séduit les délégués en présentant les projets et innovations en cours dans l’industrie.

Jennifer Cover, présidente et directrice générale de WoodWorks USA, a parlé de l’état de la construction en bois dans le monde lors de la conférence d’introduction à propos des politiques à l’échelle mondiale et les chefs de file et pays émergents. Mme Cover a souligné que « nos défis sont les mêmes où que nous soyons sur la planète. »

En six ans, plus de 44 immeubles de grande hauteur en bois ont été construits ou sont en voie de l’être (Jennifer Cover)

La séance plénière sur l’émergence des projets de construction en bois de moyenne et grande hauteur à l’échelle mondiale était animée par Eric Karsh, directeur principal chez Equilibrium Consulting au Canada. Nicolas Laisné de Nicolas Laisné architectes en France, Karim Khalifa de Sidewalk Labs aux États-Unis et Jean-Marc Dubois de Nordic Structures au Canada ont partagé leurs expériences de travail. M. Laisné a parlé de trois défis majeurs rencontrés par les architectes travaillant avec du bois massif, soit la flexibilité de l’utilisation des bâtiments, les espaces partagés et la densité.

Un public attentif a écouté les architectes Ana Belizário et Carol Bueno parler du projet de construction en bois à usage mixte Amata au Brésil. Ils ont parlé d’un retour à la nature pour l’architecture et d’un projet qui se veut une expérience sensorielle ainsi qu’une métaphore pour une forêt urbaine habitable. Carol Bueno a déclaré au public : « En tant qu’architectes, nous jouons un rôle social afin d’amener la nature dans nos villes ».

La vitrine technologique, qui s’est tenue dans le hall d’exposition pendant les pauses, a mis en lumière les projets et innovations majeurs au sein de l’industrie de la construction en bois d’immeubles de moyenne et grande hauteur. Les délégués ont également eu la chance de rencontrer leurs pairs provenant de partout dans le monde et de participer à de courtes présentations par des entreprises de l’industrie.

La séance plénière de l’après-midi portant sur l’apport de la construction en bois à la bioéconomie et au marché du carbone était animée par Robert Beauregard de l’Université Laval au Canada. De plus, Anthony Thistleton, un architecte britannique, a présenté un exposé captivant sur la façon dont le CLT peut sauver le monde.

CLT Can Save The World! — Anthony Thistleton

Stéphane de Faÿ, de la firme d’urbanisme française EPA Bordeaux-Euratlantique, et Michael Marks, cofondateur de l’entreprise de construction américaine Katerra, faisaient également partie des présentateurs. M. Marks a expliqué comment l’intelligence artificielle peut être mise à profit avec les exigences de performance environnementale élevées de l’industrie de la construction. David Bruchon, du groupe immobilier ICADE, a parlé de la construction en bois et de la transition à faible émission de carbone.

On entend parler une grande variété de langues dans les salles du centre des congrès, puisque des participants de presque tous les sept continents y font du réseautage avec leurs pairs et parcourent la vitrine technologique. Les séances plénières sont traduites simultanément en français, anglais, japonais et mandarin.

Minjuan He, professeure d’ingénierie venant de Chine, a présenté son exposé en mandarin sur les politiques de développement vert et durable en Chine fondées sur le calcul des émissions de carbone et sur la consommation d’énergie. Johan Thorsell, un promoteur urbain suédois, a expliqué au public comment la ville de Växjö avait vu ses émissions de CO2 réduites de plus de moitié entre 1993 et ​​2018 lorsqu’elle avait construit la première « ville en bois » d’Europe. Il a également vanté les vertus du bois, un matériau qui favorise la santé et le bien-être, un thème qui sera repris dans une conférence mercredi.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne / 5. Votes :