Plus de la moitié des arbres endémiques d’Europe menacés d’extinction

Parmi les arbres endémiques d’Europe – ceux qui n’existent nulle part ailleurs sur la planète – 58% ont été jugés menacés et 15% (66 espèces) sont sur le point de disparaître.

Accueil / Actualité Bois / Plus de la moitié des arbres endémiques d’Europe menacés d’extinction

Plus de la moitié (58%) des arbres endémiques d’Europe sont menacés d’extinction, selon les évaluations de l’état de la biodiversité du continent publiées aujourd’hui par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’introduction d’espèces envahissantes, l’exploitation forestière non durable et le développement urbain sont les principales menaces du déclin d’espèces d’arbres telles que le marronnier d’Inde en Europe.

La Liste rouge européenne des arbres récemment publiée a évalué l’état de conservation de l’ensemble des 454 espèces d’arbres indigènes du continent et a révélé que les deux cinquièmes (42%) sont menacées d’extinction au niveau régional. Parmi les arbres endémiques d’Europe – ceux qui n’existent nulle part ailleurs sur la planète – 58% ont été jugés menacés et 15% (66 espèces) ont été classés dans la catégorie En danger critique d’extinction ou sont sur le point de disparaître. Les espèces indigènes envahissantes et problématiques constituent la plus grande menace pour les arbres européens. Il s’agit notamment de parasites et de maladies, mais également de plantes envahissantes introduites par l’homme et concurrentes des jeunes arbres indigènes.

« Il est alarmant de constater que plus de la moitié des espèces d’arbres endémiques d’Europe sont maintenant menacées de disparition. Les arbres sont essentiels à la vie sur terre et les arbres européens, dans toute leur diversité, constituent une source de nourriture et un abri pour d’innombrables espèces animales telles que les oiseaux et les écureuils et jouent un rôle économique clé. De l’UE aux assemblées régionales et à la communauté de la conservation, nous devons tous travailler ensemble pour assurer leur survie », a déclaré Craig Hilton-Taylor, chef de l’unité Liste rouge de l’UICN . « Peut-être plus important encore, les mesures de conservation de ces espèces menacées, ainsi que de nombreuses autres espèces négligées mises en évidence dans les évaluations actuelles de la Liste rouge européenne, doivent être intégrées à la planification de la conservation et à la gestion des terres. »

Les espèces d’arbres du genre Sorbus, qui comprend le Sorbier de Crimée (Sorbus tauricola) et le Sorbier de montagne (Sorbus aucuparia subsp. Maderensis), sont particulièrement touchées, les trois quarts des 170 espèces de Sorbus vivant en Europe étant considérées menacées.

L’iconique marronnier (Aesculus hippocastanum) a été évalué comme vulnérable à la suite des déclins causés par la teigne mineuse de la feuille (Cameraria ohridella). La mite mineuse des feuilles, une espèce envahissante originaire de régions montagneuses isolées des Balkans, a depuis envahi le reste de l’Europe. Il endommage les feuilles du marronnier, accentuant les pressions de l’exploitation forestière, des incendies de forêt et du tourisme.

Feu de forêt en Grèce. © Lotus R (CC BY-SA 2.0)

Les évaluations d’arbres font partie d’un projet plus vaste d’évaluation des espèces négligées dans la Liste rouge européenne, améliorant ainsi notre connaissance de l’état de la biodiversité du continent, le risque d’extinction régionale de plus de 15 000 espèces indigènes d’Europe étant maintenant évalué.

Un grand nombre d’espèces négligées menacées par les activités humaines ont également été évaluées sur la Liste rouge européenne, avec plus d’un cinquième des espèces de mollusques terrestres et de bryophytes et près de la moitié de toutes les espèces d’arbustes menacées d’extinction. Les principales menaces pour ces espèces sont la perte et la destruction des zones sauvages d’Europe, l’agriculture, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes et le changement climatique. Bien que ces espèces soient rarement considérées comme prioritaires dans la planification de la conservation et l’élaboration des politiques, elles aident à fournir des services écosystémiques d’une importance cruciale, tels que la nourriture que nous mangeons et l’air que nous respirons.

« L’impact des activités menées par l’homme entraîne un déclin de la population et un risque accru d’extinction d’espèces importantes en Europe », a déclaré Luc Bas, directeur du Bureau régional européen de l’UICN. « Ce rapport a montré à quel point la situation est catastrophique pour de nombreuses espèces sous-estimées et sous-évaluées qui constituent l’épine dorsale des écosystèmes européens et contribuent à la santé de la planète. Nous devons atténuer l’impact de l’homme sur nos écosystèmes et accorder la priorité à la protection de ces espèces. »

Les mollusques terrestres jouent un rôle clé dans la régénération des sols et le recyclage des éléments nutritifs dans les écosystèmes naturels, ce qui en fait d’excellents indicateurs de la santé des sols. En outre, ils constituent une source de nourriture importante pour les oiseaux, les mammifères, les invertébrés et, dans certains cas, les humains dans des pays tels que la France et l’Italie. Le rapport de l’UICN sur le risque d’extinction des mollusques terrestres (2 469 espèces) en Europe montre que plus d’un cinquième de ces espèces (22%) sont menacées d’extinction.

« Les grandes menaces d’extinction révélées par la Liste rouge européenne sont très alarmantes, étant donné que 92% des espèces de mollusques originaires d’Europe sont endémiques du continent. Ainsi, une fois que ces espèces ont disparu d’Europe, elles ont disparu pour toujours », a déclaré Eike Neubert, autorité responsable de la Liste rouge, groupe de spécialistes des mollusques de la CSE de l’UICN . « Afin de rétablir le nombre de mollusques terrestres en Europe, des politiques essentielles en matière d’utilisation des sols, ainsi qu’un contrôle attentif de l’urbanisation et une gestion durable des zones semi-naturelles, devront être changés. »

La Liste rouge européenne identifie les espèces menacées d’extinction au niveau européen afin de pouvoir prendre des mesures de conservation appropriées pour améliorer leur statut. Alors que des listes rouges européennes pour des espèces plus charismatiques, comprenant toutes les espèces de vertébrés (mammifères, amphibiens, reptiles, oiseaux et poissons), avaient déjà été établies, le statut de nombreuses espèces moins connues n’a jamais été évalué en Europe.

Plus de 150 experts de toute l’Europe ont participé au projet financé par le programme LIFE de la Commission européenne et cofinancé par le Conseil européen, la British Entomological Society, le National Park’s and Wildlife Services Ireland et plusieurs États européens, dont la Suède, la Suisse et les Pays-Bas.

La conservation des paysages est l’un des thèmes du prochain Congrès mondial de la nature 2020 organisé par l’UICN à Marseille, en France. Experts et décideurs se réuniront lors du Congrès pour s’attaquer à la crise d’extinction en conduisant les politiques et actions de conservation des espèces.

Source : IUCN

IUCN

Gland, Switzerland, 27 September 2019 (IUCN) – Over half (58%) of Europe’s endemic trees are threatened with extinction, according to assessments of the state of the continent’s biodiversity published today by the International Union for Conservation of Nature (IUCN). The introduction of invasive species, unsustainable logging and urban development are key threats causing the decline of tree species such as the horse-chestnut across Europe.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne 0 / 5. Votes : 0

Soyez le premier à noter cet article !

0
N'hésitez pas à laisser un commentaire !x
()
x