Woodrise 2019 QC / 2 octobre 2019

Troisième journée à Woodrise Québec 2019 : la science au service des bâtiments de grande hauteur

Accueil / Actualité Bois / Woodrise 2019 QC / 2 octobre 2019

Mercredi, Woodrise 2019 a mis l’accent sur le partage de connaissances et les meilleures pratiques en matière de construction en bois de grande hauteur ainsi que sur les contacts entre professionnels partageant la même vision afin d’amplifier le mouvement de la construction en bois.

La dernière séance plénière du congrès intitulée « La science et la technologie au service de la densification urbaine – le bois comme outil » était animée par Beth MacNeil, sous-ministre adjointe, Service canadien des forêts, Ressources naturelles Canada, qui a affirmé qu’on voyait une croissance rapide de la construction en bois massif au Canada.

Les participants ont écouté attentivement les architectes canadiens Catherine St-Marseille et Nicolas Demers parler de leur approche dans la construction en bois qui consiste à voir les choses en grand, commencer par de petits pas et construire rapidement. Ils ont aussi discuté des avantages et défis des projets de construction résidentielle avec le bois lamellé-croisé au Québec, notamment en citant comme exemple le projet de condos Arbora à Montréal, où FPInnovations a effectué des tests de vibration et de performance acoustique.

Toni Kekki, un ingénieur finlandais, a déclaré qu’il était maintenant commun d’utiliser le bois pour construire des bâtiments de 10 étages et plus. Il a également affirmé que le partage de connaissances consistait le meilleur moyen de développer l’industrie de la construction en bois, en spécifiant que « les lois de la physique sont les mêmes partout ». L’ingénieure américaine Lisa Podesto, qui a travaillé sur cinq bâtiments et neuf structures en bois en cinq ans, a parlé de l’extension des projets.

Pendant une pause de la séance, la cabine photographique du hall d’exposition s’est avérée être un attrait pour les délégués. Les participants ont également pu prendre part à un forum de réseautage grâce à la plateforme de réunion B2B.

Les trois séances plénières ont attiré un public très engagé et ont incité l’un des modérateurs d’hier, Robert Beauregard de l’Université Laval, à qualifier leur participation d’impressionnante. L’application utilisée pour voter sur le choix des questions à poser aux présentateurs s’est avérée être un outil populaire auprès des délégués.

Au cours de la deuxième moitié de la séance plénière d’aujourd’hui, Daniel Wilded du fabricant suédois de produits de construction en bois Martisons, a expliqué les utilisations du CLT pour les bâtiments durables. Jan-Willen van de Kuilen de l’Université technique de Munich a expliqué comment la construction de l’hôtel Jakarta à Amsterdam résiste aux vents violents venant de la mer du Nord à l’aide de modules 3D.

Le bois est le seul matériau de construction qui soit vivant. Utiliser le bois dans la construction, c’est rendre hommage à la nature. — Masahiro Harada

Masahiro Harada, cofondateur du Studio Fuji Architects au Japon, a parlé de l’abondance du bois présent dans la culture japonaise traditionnelle, ce qui a incité de nombreux architectes et ingénieurs japonais à construire avec du bois.

La séance plénière a été suivie de la conférence « Incidence des villes construites avec du bois sur la qualité de vie et le confort », avec la conférencière principale Marie-France Stendahl, architecte principale de la firme suédoise White arkitekter AB. Elle a exhorté les délégués à « laisser la nature diriger » et a présenté une recherche factuelle sur « l’architecture en tant que remède ». Stendahl a terminé son exposé par une vidéo de la militante écologiste adolescente Greta Thunberg, qui a souligné l’importance des arbres pour la solution aux changements climatiques.

Les séances plénières se sont terminées mercredi par les remarques de clôture du président et chef de la direction de FPInnovations, Stéphane Renou, qui a déclaré à l’audience que « le moment est venu d’échanger, de partager des connaissances et de collaborer ».

Béatrice Gendreau, conseillère régionale pour la région Nouvelle-Aquitaine, a indiqué que la ville de Bordeaux avait accueilli la première conférence Woodrise en 2017 et que la région restait un centre pour le développement de l’utilisation de matériaux en bois dans la construction. Christophe Mathieu, directeur exécutif de l’Institut de technologie FCBA, a annoncé que la prochaine édition de la conférence se tiendra à Kyoto, au Japon, à l’automne 2021.

Des ateliers techniques sur les bâtiments en bois de moyenne et de grande hauteur ont eu lieu tout l’après-midi et le soir. Les participants ont également eu une dernière chance de visiter le hall d’exposition. Des visites de bâtiments en bois et d’usines de bois ont lieu jeudi et vendredi autour de Québec et de Montréal.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne / 5. Votes :