Accueil / Actualité Bois / Wood Wide Web – La cartographie d’un réseau souterrain

Crowtherlab/ETHZ

Les micro-organismes créent un vaste réseau interrelié à travers les forêts. Ceux-ci sont très importants pour les espèces d’arbres en échangeant des compléments importants entre les sols et les racines. Les chercheurs estiment que, grâce à la cartographie et à la compréhension approfondie des micro-organismes souterrains profonds, des résultats substantiels peuvent être obtenus quant à la manière dont le changement climatique affecte ces micro-organismes, et peuvent contribuer à restaurer l’écologie.

À l’aide de Machine Learning, des chercheurs du Crowther Lab de l’ETH de Zurich (Suisse) et de l’Université Stanford (États-Unis) ont analysé les données de la Global Forest Biodiversity Initiative, contenant des informations détaillées sur 1,2 million de couvertures forestières et environ 28 000 espèces d’arbres différentes dans plus de 70 pays. La conception a ensuite été utilisée pour compléter les informations manquantes sur la base de la relation entre différents types de micro-organismes et les conditions climatiques locales.

La recherche révèle à quel point les réseaux mycorhiziens sont importants pour limiter le changement climatique – et à quel point ils sont vulnérables aux effets de celui-ci.

Les champignons mycorhiziens sont ceux qui forment une relation symbiotique avec les plantes. Il existe deux groupes principaux de champignons mycorhiziens: les champignons arbusculaires (AM) qui pénètrent dans les racines des hôtes et les champignons ectomycorhiziens (EM) qui entourent les racines de l’arbre sans les pénétrer. Les champignons EM, principalement présents dans les systèmes tempérés et boréaux, aident à emprisonner davantage de carbone de l’atmosphère. Ils sont plus vulnérables au changement climatique. Les champignons AM, plus dominants sous les tropiques, favorisent le cycle rapide du carbone.

Selon les recherches, 60% des arbres sont liés à des champignons EM, mais, à mesure que les températures montent, ces champignons – et les espèces d’arbres associées – vont décliner et être remplacés par des champignons AM. S’il n’y a pas de réduction des émissions de carbone d’ici 2100, il pourrait y avoir une réduction de 10% des EM – et des arbres qui en dépendent.

Le résultat final de cette recherche peut servir de base à des efforts de reconstruction tels que la campagne des Nations Unies Plant for the Planet: Billion Tree Campaign, dont l’objectif est de planter au moins un milliard d’arbres, en indiquant quels types d’arbres, en fonction de leur réseau mycorhizien associé, est à planter dans quelle région du monde.

Article original : BBC News

BBC News

Research has shown that beneath every forest and wood there is a complex underground web of roots and fungi, connecting trees and plants to one another.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Note moyenne / 5. Votes :